Acheter un bien immobilier en Europe, est-ce simple ?, Parfois l’achat d’un bien immobilier à l’étranger est nécessaire. Mais cet investissement demande un temps de compréhension et de distinction entre le droit français et le droit international. Lille, Wattrelos. Acheter,bien,immobilier,Europe,est-ce,simple,Acheter,Europe,enjeu,négligeable,transactions,immobilières,sont,plus,facile,grâce,à,monnaie,unique,à,libre,circulation,entre,différents,pays,Mais,enjeux,n’en,sont. Acheter en Europe, un enjeu non négligeable  Les transactions immobilières sont plus facile grâce à la monnaie unique et à la libre circulation entre les différents pays. Mais les enjeux n’en sont pas .

Acheter un bien immobilier en Europe, est-ce simple ?

Parfois l’achat d’un bien immobilier à l’étranger est nécessaire. Mais cet investissement demande un temps de compréhension et de distinction entre le droit français et le droit international.

Acheter en Europe, un enjeu non négligeable

Les transactions immobilières sont plus facile grâce à la monnaie unique et à la libre circulation entre les différents pays. Mais les enjeux n’en sont pas pour autant négligeables. La fiscalité est différente, il faut bien réfléchir à la plus-value en cas de revente. Le taux de change est également à prendre en considération quand il s’agit d’un pays ayant conservé sa monnaie. Les démarches peuvent être lourdes et pesantes notamment en termes de droit, chaque pays a des règles bien particulières. Par exemple, en Espagne il existe 17 régimes fiscaux différents.

 

Comment financer mon bien immobilier à l’étranger ?

Une résidence principale ou secondaire à l’étranger nécessite un besoin financier.
Peut-on faire appel à un organisme prêteur français pour acheter à l’étranger ? La réponse est oui à condition qu’il y a une convention entre les pays permettant de prendre une hypothéqué sur le bien acheté, ou de garantir un bien immobilier français libre de toutes garanties ou un nantissement de contrat d’assurance vie. Mais vous avez la possibilité d’opter pour un organisme du pays d’achat, il faudra alors éplucher les informations avec prudence.

Par ailleurs, si la signature d’un acte se fait par le biais d’un office notariale en France, il n’en est pas toujours de même dans d’autres pays où ce sont les agences immobilières qui s’occupent de la transaction.

Se renseigner sur la fiscalité locale
Ne jamais faire impasse sur la fiscalité du pays dans lequel on investit, notamment les taxes immobilières peuvent varier de manière importante de la France à un autre pays.
De même, si vous acquérez une résidence locative, prêtez attention à la convention de fiscalité entre la France et le pays. S’il n’en existe pas vous serez amené à payer une double imposition sur vos revenus locatifs. Par exemple, en Allemagne il existe une convention bilatérale ainsi un résident fiscal français percevant des revenus locatifs en Allemagne payent son impôt en Allemagne.

Le financement d’un achat immobilier en Europe
Belgique
En France, un acquéreur emprunte à un organisme prêteur français à 110%, le capital + 10% de frais annexes. Tandis qu’en Belgique, un acquéreur emprunte à un organisme prêteur belge à 125%, le capital + 25% de frais annexes.

Espagne
L’acquéreur non-résident espagnol ne bénéficie pas des mêmes avantages que les résidents fiscaux. Le financement est généralement estimé à 60% de la valeur du bien immobilier et les taux sont généralement non négociables et plus élevés qu’en France.

Portugal
Les portugais sont les seuls à pouvoir espérer un financement égal à 100% de la valeur du bien. Au Portugal, les taux variables sont plus étendus que les taux fixes, et ceux-ci sont élevés.

 

La France reste l’un des pays où les taux des prêts immobiliers sont les plus bas. Acheter une résidence à l’étranger nécessite une étude préliminaire et un montage pour réduire les coûts. L’idéal est de se faire conseiller par un expert en prêt immobilier. Pour toute simulation de prêt immobilier cliquez ici.



Retour